Université des Mégalithes

"J'en ai vu passer des humains et des civilisations et je suis toujours là". Regarder le monde à l'ombre d'un mégalithe, ça change toute la vision.

Editions du Galtz

 

Le monde est plus mystérieux que ne le laisse croire votre vie quotidienne. Tant de lieux et de phénomènes cachés échappent au non averti. Ils se « dévoilent » à qui sait les regarder. Apprenez à reconnaître ces lieux et à « capter » leur lien avec le mystère du monde. Rendez au quotidien ce qu’il a perdu en grâce. Développez votre compréhension de l’univers qui vous entoure. Révélez votre potentiel d’inconnu, par une écoute de ce que notre univers peut nous accorder. Ce monde est en vous. Il vous appartient de vous le révéler ! Les Editions du Galtz sont un compagnon de route sur le chemin des mystères, de l’écoute et de l’intuition. Ses publications sont là pour accompagner votre recherche… Bonne découverte !

C’était l’idée à l’origine de l’initiative. Comme cela se faisait à la fin des années 90 et au début des années 2000, ces petites brochures eurent un prix, et même un site Internet encore visible quelque temps: http://www.editions-du-galtz.com. Mais elles n’eurent jamais vraiment de vente, ou alors il aurait fallu sacrifier le peu de temps consacré à la recherche et à la créativité. Désormais, vous pouvez les lire ici par un simple clic ! (attention, les adresses physiques ont une décennie, parfois deux: ce ne sont plus les bonnes)

 

  Le « livre-mystère« : 40 pages pour se familiariser à cet univers en passant par les portes de l’Univers Mystère. Mégalithes et fontaines – Géants, fées et sorcières – Monts, forêts et rivières mystérieux – Un court instant, le Grand Grès entrouvre la porte.

 

COLLECTION PAYS MAGIQUE (LIEUX MYSTERIEUX DES REGIONS DE FRANCE)

 L’Ourcq, sur le trajet du dieu tumultueux. Mythologie de l’arrondissement de Château-Thierry. Tardenois, Orxois, Omois, Brie galvèse. Sorti de l’antre d’Orcus, le Père aux écus, l’Ourcq va déposer la Hottée du Diable, les grès de Rocourt, la pierre de saint Front et la Roche de saint Vulgis. Légendes, dieux anciens et symboles sont sur ce trajet. Découvrez les indices de notre lointain passé et les lieux sacrés le long des rivières Ourcq et Marne. Bulletin du Cercle d’Etudes Mythologiques: « C’est inédit et c’est magique. Il existe fort peu de travaux sur ce département  pourtant fort riche. Il ne faut pas rater l’occasion » (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-01-7)

  Soissons, la ville du Grand Passeur. Mythologie des cantons de Soissons, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts. Un légendaire patriarcal dense s’est tissé autour des saints et dieux passeurs, des mégalithes et des grottes, et la déesse-serpente médiatrice se retrouve sous certains traits de saintes Marie, Anne, Geneviève, Clotilde et Léocade. Le périple vous mènera jusqu’au nom du Géant de Soissons et du Grand Chasseur de la forêt de Retz… Des découvertes inédites et nombreuses (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-04-1)
 Reliquaires, étranges processions et Templiers de l’Est Soissonnais. Mythologie des cantons d’Oulchy-le-Château, Braine et Vailly-sur-Aisne. Le plus grand foyer mystique néolithique de Seine-Oise-Marne, le plus grand dolmen de la région, l’ancienne capitale de la déesse Tara, des processions orchestrées par les Templiers qui n’ont pu effacer des souvenirs de géants et de déesses encore bien accrochés aux lieux… Une mythologie oubliée, un renouvellement d’air très vivifiant (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-03-3)
  Mythes et légendes de la vallée d’Or. Mythologie des cantons de Chauny, Tergnier, La Fère, Coucy-le-Château et Anizy-le-Château. Vous voulez savoir pourquoi ce lieu, riche de merveilleux et de mystère, s’appelle la Vallée d’Or ? Ce que sont que le pays de Voas, le Grand Décapité, les seins de la déesse, le Trou Tonnerre ? Ce livre y répond et fournit 69 mystères de rois, chevaliers, peuples, sorcières, saints; 58 pierres, menhirs, dolmens, fontaines, gués, arbres à légendes; 25 animaux bien étranges; 23 êtres fantastiques (géants, fées, lutins, diables, divinités, chasseur sauvage, revenants); 16 souterrains, grottes, trésors cachés, monuments étranges. En tout 191 lieux secrets oubliés et sites mystérieux de votre région (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-08-4)
  Géographique mythique de la forêt de Compiègne. Découverte et décryptage. Quels mystères cachent les sites de la forêt nommés Table Ronde, Dragon, Pierre qui tourne, Ganelon, les lieux des Dames de Beauté, ceux autour du mont Saint-Mard liés au déluge et l’un des 3 voiles de la Vierge ? La réponse est apportée par un parcours autour de 9 sites. Cette étude révèle la tripartition et la quadripartion de la forêt, en un décodage de l’ensemble. Merci à MM. Henri Fromage, qui m’a poussé dans cette direction depuis 2001, Jean Markale, grand spécialiste du monde et de l’imaginaire celtiques présent au Festival, et le Festival du film historique de Compiègne “Témoin de l‘histoire“ 2004, placé sous le signe de «la Table Ronde, Légendes et Forêts», qui ont encouragé cette idée (Pdf 43 pages A4, ISBN 2-914019-09-2)
Initiation à l’Atlas mythologique de la France. Illustrée de légendes de Picardie, du Boulonnais et d’Outre-Manche. Conférences de Wimereux (novembre 2002) et Lisieux (juin 2002). Pays picards, une culture venue à pied du fond des siècles. Cette initiation à la mythologie commence par un plongeon dans le concentré de légendes qu’est la vallée de l’Hallue. Puis, des fées aux Notre-Dames, des Eponas aux bêtes qui s’allongent, des Blanques Juments aux hill-figures britanniques, ce sont 4000 ans d’imaginaire qui sont survolés. Et dont la clé est révélée à Wimereux, au pays de la Dame-oie (Pdf 60 pages, prochainement)
Les mystères du Mont du Soleil et de la Blanche Vallée. Légendaire de la vallée et du piémont de Kaysersberg. La Vieille Alsace est loin d’avoir rendu tous ses mystères. Ceux de Kaysersberg sont nombreux. Ce mont de l’Empereur prend tout son sens avec le lancer des roues enflammées, qui dura jusqu’en 1870, à la St-Jean, vers la Weiss: c’est bien le mont du soleil. Ceux qui ne craignent pas de passer sous le Siège de la Sorcière atteindront la Blanche Vallée et la montagne merveilleuse, le Brézouard, son plus haut sommet, qui porte encore le vieux nom celtique (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-05-x)
Les mystères de Notre-Dame des Trois-Epis et des cent Notre-Dame d’Alsace. Qu’ont en commun une dame qui tend des épis, un dragon agitant l’arbre du monde, un calice, un clocher tors, un triskel, la rune? Tout s’ordonne aux Trois-Epis, le petit Potala français, truffé de symboles. Suivez les indices vivants de notre lointain passé, sous les auspices de la Dame aux épis. Revue Atlantis: Du culte ancestral de la mère du Blé à la vénération de la Vierge Marie, une continuité de dévotion marque ce site privilégié. Avec ce petit livre de mémoires et de découvertes, visitez l’Alsace guidés par la dame aux Epis (Pdf 60 pages, lien prochainement, c’est le plus ancien)

Le mystère du Faudé: un observatoire astronomique ? Dans la partie nord-est de la France, les Francs et Alamans se sont implantés de façon dense au Ve siècle. Un certain nombre de monts ont été dédiés à Wotan, dieu principal de la mythologie nordique. Plus âgé des dieux du Valhalla, il présidait à l’assemblée des morts. Après s’être pendu par les pieds 9 jours à l’arbre Yggdrasil et avoir observé le ciel, il créa l’alphabet runique, inspiré de la forme des constellations. On le représente avec ses deux corbeaux Hugin et Munin, qui connaissaient l’un l’avenir et l’autre le passé. Certains de ces monts offrent des perspectives astronomiques que confirme la géographie. Au point central du Pays Welche, le Faudé n’est connu sur ce point que depuis 1999, grâce à une première brochure issue d’observations personnelles, à l’occasion de la fête de la Saint-Louis, successeur de Wotan au Faudé (Haut-Rhin) (Pdf 60 pages, lien prochainement, c’est le second plus ancien)

===

  COLLECTION UNIVERSE MYSTERY (LIEUX MYSTERIEUX DES PAYS DU MONDE)
Rituels secrets des îles britanniques : transes sous les tumulus, chamanisme et chevaux pour l’Autre-MondeMégalithes, transe chamanique: voici des clés décisives de ce qui constituent des « portes de l’Autre-Monde ». Une zone-frontière du subconscient a été explorée par nos prédecesseurs à travers la résonance des mégalithes, par des protocoles de mise en transe. Chevaux menant à l’Au-Delà: une centaine de sites, dont il reste parfois même un chemin de pèlerinage vers ces « portes de l’Au-Delà ». Une redécouverte de ces archétypes psychopompes, animaux-totems chamaniques bien souvent encore vivants.

  •  Première partie : Acoustique mégalithique et chamanisme. Certains sons qu’on ne perçoit pas. Un savoir répandu sur la planète. La fréquence de 110 Hz. Tests sur des mégalithes. Des infrasons amplifiés. Le son avait une tout autre importance que de nos jours. Les hommes avaient développé une sensibilité autour du rythme et de la résonance, et la musique était l’écho des voix de l’autre monde. Pensez au berger dans ses alpages ou à l’Aborigène du désert australien, les oreilles aux aguets autant que les yeux. Les infrasons (en-dessous de 20 Hz) jouaient un rôle particulier. Dans le cerveau humain, les sons audibles passent par différents systèmes de filtrage afin d’être compris. Les infrasons, que nous « n’entendons » pas avec nos oreilles, non. Ils vont directement agir sur le psychisme. Les états altérés de conscience se déclenchent en présence d’infrasons. La transe s’accompagne d’un profond relâchement (bas niveau d’adrénaline, faible pression sanguine). Son effet est encore renforcé par le fait que certains organes ont une fréquence de vibration qui se situe dans cette plage: le torse, le thorax, la colonne vertébrale, l’abdomen, la région pelvienne. De nombreux lieux cités dans le monde entier. Angleterre : Bryn Celli Du (Anglesey), Carn Euny, Chun Quoit, Stonehenge, Wayland’s Smithy. Ecosse : Balnuaran of Clara Northeast, Camster Round, Easter Aquorties, Maes Howe (Orcades), Quanterness (Orcades), Vinquoy Hill. Irlande : Knowth, Loughcrew Hills, Newgrange ou New Grange.
  • Seconde partie: Chevaux blancs et géants des collines. D’immenses figures gravées. Un tableau-inventaire par motif. Trois groupes géographiques. L’histoire des Hill figures. Recherches modernes. L’invasion indoeuropéenne à l’origine des Hill figures. Les immenses figures gravées à flanc de colline sont depuis longtemps l’un des mystères de la Grande-Bretagne. Ces hommes, animaux ou symboles stylisés atteignent parfois 100 m d’envergure. On en connaît aujourd’hui une centaine. On continue à en découvrir, car ils se cachent bien. En effet, les plus anciens, situés haut sur la colline, se voient difficilement du sol. De plus, l’herbe les recouvre en quelques années. Dans le passé, leur brouillage par la végétation a contraint les habitants à un nettoyage régulier, qu’on repère dans les textes anciens sous forme d’une fête annuelle séculaire. Grâce au regain d’intérêt des Britanniques pour leurs figures, l’entretien annuel fait de nouveau l’objet de rassemblements festifs. La chronologie s’étend de l’Age du Bronze tardif (âne de Tan Hill) au XXe siècle, en passant par les tribus gauloises et saxonnes. Attention cependant: tel fermier qui dit avoir créé son cheval au XVIIIe siècle ne s’est-il pas contenté de le découvrir et de le refaçonner dans le goût de son époque ? Trois études particulières sont fournies: un grand inventaire des informations essentielles (nom, comté, datation, résumé) de 98 figures: 8 géants, 28 équidés (1 âne et 27 chevaux), 20 autres animaux; une localisation en trois groupes géographiques; une analyse des recherches sur leur origine et une explication innovante, qui constitue une grande percée (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-11-4)
Les hommes sauvages toujours vivants. Almasty, Barmanou, Bigfoot, Gougou (Google), Homme-ours, Homme Sauvage des Alpes, Loup-garou, Sasquatch, Windigo, Yahoo, Yéti et des dizaines d’autres l’objet d’observations et de traditions. Il sont connus sous des formes diverses en de nombreux endroits de la planète. Les habitants locaux s’en sont accomodés et lui ont fait une place dans leurs légendes. Nous allons examiner ce qu’on en sait à ce jour. Le Yéti (Mi-gueu) ou abominable homme des neiges, popularisé par Tintin au Tibet. Le Dzuteh, plus grand et moins primitif. Le Barmanou du Pakistan et d’Afghanistan et ses apparentés d’Asie du sud-est. L’Almasty, l’Abnaouaïou et le Kaptar du Caucase. Domovoï de Russie, Yagmort des Komis. Ksy-gyik et Almass d’Asie centrale, Pikélian d’Extrême-Orient russe. Bigfoot, Sasquatch, Windigo d’Amérique du nord. L’homme sauvage des Alpes et des Balkans bénéficie du légendaire le plus dense parmi ceux recueillis à travers le monde. Une classification est proposée. Plusieurs travaux successifs de Bertrand Heuvelmans, Ivan Sanderson, de l’International Society of Cryptozoology et d’autres ont visé à classifier les hominidés observés. Une version compatible est modernisée est proposée, ainsi qu’une chronologie des différents types dhommes. Des textes originaux de Balzac (le médecin de campagne) et Maupassant (La peur) permettent d’appréhender  le phénomène au XIXe siècle (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-15-7)

===

 COLLECTION UNIVERS MELUSINE (VIEUX TEXTES)

Recueil de vieux textes. Partie déjà du temps de Raimondin, Mélusine s’est envolée une nouvelle fois en 1912, son tome XI publié. Le béton et l’acier étaient devenus trop pesants pour sa vive échine… Nous l’avons retrouvée, nous l’espérons une bonne fois, en son univers plus propice aux fées-serpentes, dames-oiseaux, mères-lumière, -ourse, -ogresse et -tisseuse. Pour garder ce lien avec son univers, un nouveau recueil naît: Univers Mélusine. Comme, depuis 1979, Mélusine est le titre de la revue du surréalisme, le choix s’est porté sur Univers Mélusine, à laquelle les émules de Carnoy, de Nore, Gaidoz, François-Marie Luzel (1821-1895), Paris, Rolland, Saintyves, Sébillot, Van Gennep et autres, sont invités à s’associer. Il reprend l’esprit de la revue Mélusine (1878-1912) et sa thématique vaste, pour permettre un lieu de confluence des pousses, prospères mais pointues, qui ont vu le jour et divergé (conte, culture, ethnologie, folklore, imaginaire, littérature régionale, mythologie, philologie, traditions natives et populaires…), afin qu’elles se comprennent de nouveau. La Mélusine de couverture est inspirée d’une dame-oiseau de l’an 1300 environ (British Library).

Univers Mélusine. Recueil de mythologie. Tome XII-01. Ce recueil reprend l’esprit de la revue Mélusine (1877-1912) et sa thématique vaste, pour permettre un lieu de confluence des pousses, prospères mais pointues, qui ont vu le jour et divergé (conte, culture, ethnologie, folklore, imaginaire, littérature régionale, mythologie, philologie, traditions natives et populaires…), afin qu’elles se comprennent de nouveau. Sommaire: P.004-005 Introduction : Mélusine retrouvée. P.006-050 Articles anciens : Fac-Simile des 80 premières pages de Mélusine, Tome I, 1878 (échelle originale 21 x 31). P.051-055 Vie des réseaux Mélusine: Nord-Manche, Loire-Armorique, Ile-de-France, Grand-Est, Sud-Ouest, Rhône-Méditerranée, International. P. 055-059: répertoire de mythologie, littérature populaire, traditions, usages, hommage à Alfred de Nore (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-14-9).

Univers Mélusine. Recueil de mythologie. Tome XII-02. Le roi de la montagne d’Egeberg et d’autres articles représentent les pages 81 à 102 de la revue Mélusine de 1878. Un article substantiel de 40 pages d’Yves Messmer entreprend une vaste analyse de la mythologie des Regulus, de saint Regulus (Rieul) et autres saints jusqu’aux divinités anciennes, en passant par leurs animaux et attributs symboliques, en passant par les cornes d’Amon. Le cerf et le basilic-regulus en sont l’aboutissement. Trois inspirateurs sont disparus cette année: Henri Fromage (1915-2008), Jean Markale (1928-2008) et Christian David (1934-2008), un retour sur nos liens mythiques est effectué en leur mémoire (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-16-5).

Univers Mélusine. Recueil de mythologie. Tome XII-03. Des raretés que vous ne retrouverez pas ailleurs: Les pages 103 à 152 d’Univers Mélusine 1878. Les fugar, en Haute-Loire, sont des feux qu’on allumait à certaines époques de l’année (Carnaval, Carême, Saint-Jean) en certains lieux. Un petit reportage montre comment se déroulaient les fugar de Carnaval et les chants et légendes qui les accompagnaient. Voyage en 1878… voir p.131. La Dame au feu est l’un des aspects sous lesquels se manifestait la Belle Dame, qui rythma le temps de nos ancêtres depuis le Néolithique. C’est la Dame de Février, du retour de la lumière, de la Chandeleur. Elle est encore vivante par endroits. Les traditions qui y font référence … voir p.151. Le fauteuil du Bochet de la Reine est un important site mégalithique découvert à Parcy-et-Tigny et analysé dans ce numéro … voir p.163. Au Québec, une mythologie vivante et formidablement vigoureuse est en train de se construire … voir p.175. Et toujours la vie des réseaux et le répertoire. (Pdf 60 pages, ISBN 2-914019-18-1 )

1878-1912. Les folkloristes du XIXe siècle mirent par écrit les traditions sur les personnages (géants qui façonnent le paysage comme Gargantua et Tord-Chênes, héros mythiques comme Roland et Arthur, saints à aventures extraordinaires) et surtout les lieux : pierres, sources, arbres, monts à légendes, Roches des Fées, Sauts du Cheval, etc. Ils fondèrent des revues:

  • 1870-1933: Revue celtique, par Henri Gaidoz (1842-1932) qui la dirige jusque 1884,
  • 1870: Revue des langues romanes,
  • 1872-1920 : Romania, par Gaston Paris (1839-1903),
  • 1878-1912: Mélusine, par Henri Gaidoz et Eugène Rolland (1846-1909),
  • 1884-1911: Kryptadia,
  • 1886-1918: Revue des traditions populaires (RTP), par Paul Sébillot (1843-1918), puis jusque 1929 : Revue d’Ethnographie et des Traditions Populaires, par intégration avec la Revue d’Ethnographie et de Sociologiecréée par Arnold Van Gennep (1873-1957),
  • 1887-1906: La Tradition, par Henry Carnoy (1861-1930), puis jusque 1914 Revue du traditionalisme français et étranger,
  • 1887: Revue des patois gallo-romans.

Ces revues constituèrent le terreau d’auteurs et de chercheurs qu’elles firent connaître et échanger. Elles forment avec les ouvrages d’Eugène Rolland, Paul Sébillot, Pierre Saintyves (Émile Nourry, 1870-1935), Arnold Van Gennep et bien d’autres un substrat de notre culture. Ce furent aussi des oppositions, La Tradition contre la RTP, Gaidoz contre Sébillot (« l’Amerigo Vespucci du folklore », dans Mélusine XI.426). Nous les espérons caduques. Dans la liberté et le respect, chacun peut s’exprimer sur la culture commune et écouter la perception différente de l’autre.

===

 

  UNIVERSITE VIVANTE: CONFERENCES, MINI-CONGRES, COURS, SORTIES, TELE-BIBLIOTHEQUE (E-LIBRARY)

Une université vivante: conférences, mini-congrès, cours, sorties sur le terrain. Voir la page sur l’université des mégalithes. Voir aussi les articles sortis dans les Almanachs du Picard: textes de Jean-Marc Bélot publiés de 2004 à 2017

 

Des ronds des fées aux puits tournants. 80 transparents. Des ronds des fées aux puits tournants, les ancêtres des crop-circles. Présentation illustrée et explication du fonds de légendes de la Somme, particulièrement vivant et ancien. En 40 pages (80 transparents couleur), vous saurez ce que sont les jambes de Gargantua, les dames-oiseaux et bien d’autres notions fondamentales de notre substrat culturel.

Géographie mythique du Pays de Savière. 30 transparents. Une analyse du fonds mythologique méconnu et des sites à légendes de cette région du département de l’Aisne conduisent à comprendre la géographie sacrée cachée en substrat. Le pays oublié de Savière s’avère être l’ancien Pagus central de la nation des Suessions. 30 transparents, 15 pages A4. Conférence donnée le 1.4.2006 à Dampleux (Aisne).

Géographie mythologique en pays Picard. 6 pages. Sur les traces d’Henry Carnoy. Le voyage proposé se déroule en suivant les rivières Authie, Hallue et Ancre, au cœur du mystère picard. Henry Carnoy a puisé ici la tradition orale la mieux préservée et la mieux intégrée à la géographie. De village en village, on découvre comment l’imaginaire s’est accroché au paysage. On ne s’y plonge pas sans conséquence: le pays établit avec vous un lien personnel. A chaque passage, les mythes semblent revivre à votre approche. Lutins et fées, personnages facétieux et floués, lieux de mystère, mégalithes, fontaines bleues, la géographie fera jaillir de nouveau la scène, gravée dans les imaginaires d’une chaîne humaine parfois pluri-millénaire. Conférence présentée aux Journées Interrégionales de Mythologie de Saint-Amand-les-Eaux, le 17 avril 2004, 6 pages.

Cours de mégalithisme. 3 volumes. Ce cours couvre toutes les « grandes pierres » (méga-lithes) : menhirs, dolmens, cromlechs, alignements et, contrairement à la pratique officielle, pierres remarquables, pierres à légendes et constructions mystérieuses à grand appareillage. 1-Initiation aux différents types de mégalithes. Monolithes, pierres ordonnées, structures funéraires, constructions à grand appareillage. 2-Approche des différents foyers mégalithiques. Aperçu chrono-géographique, aire Baltique-Atlantique, aire Nord-Méditerranéenne, aire Moyenne-Orientale, Aire Asie-Pacifique. 3-Pierres à légendes. Pierres tournantes, à empreintes, de gués, sonores, à tonnerre, à trésor, à fées, à s’asseoir, à contrat, de justice, curatives, de fertilité, christianisées…

Quelques reconnaissances (ce n’est plus tenu à jour, pour de plus récentes, voir les billets et la page sur l’université des mégalithes)

  • Aisne: Arcy-Sainte-Restitue et Maast-et-Violaine (marche mythologique). Coincy à Corbeny (sortie pierres et lieux saints). Corbény. Conférence “Légendes et mythologie de Corbény et ses environs, reliques et rois guérisseurs”. Dampleux. Conférence « Géographique mythique du pays de Savière ». La Ferté-Milon – Fère-en-Tardenois. Reconnaissance « Pierres à légendes ». Molinchart et butte de Mons. Marche mythologique autour de la butte de Gargantua. Molinchart à Chauny. Court métrage. Sur les traces de Gargantua dans l’Aisne. Réalisé par Marie Roussel et Olivier Ponthus. Présenté sur FR3. Parcy-et-Tigny et environs. Reconnaissance “Pierres mythologiques”. Saint-Gobain à Vailly-sur-Aisne. Reconnaissance “Pierres mythologiques”. Soissons. Rencontres Interrégionales de Mythologie. Conférences, visite mythologique de la ville et du Soissonnais et du Tardenois (en collaboration avec d’autres associations). Villers-Cotterêts (Aisne). Conférence « La mythologie de notre Valois ».
  • Oise: Beauvais. Reconnaissance « De la Dame de Grande Beauté au Géant tumultueux ». Compiègne. Commentaire de l’exposition « Légendes et forêts ». Compiègne. Animation. Le secret de la forêt. Avec le lycée audiovisuel de La Tilloye et l’école Sévigné de Compiègne. Pour le festival du film 2005 de Compiègne. Compiègne et Raray. Rencontres Interrégionales de Mythologie. Visite mythologique de la forêt de Compiègne et du domaine de Raray (en collaboration avec d’autres associations). Crépy-en-Valois. Reconnaissance « Pierres à légendes du Valois ». Fitz-James. Conférence « Noël et la Nativité dans le légendaire picard de l’Oise » (conférence filmée par l’ORCP). Pays d’Halatte. Reconnaissance « De la cité des Meldes aux Suessions ». Senlis. Rencontres Interrégionales de Mythologie. Conférences, visite mythologique de la ville et de la région (en collaboration avec d’autres associations).
  • Somme: Amiens. Reconnaissance sur le parallèle des céphalophores. Montdidier . Conférence L’atlas mythologique et les sites à légendes de la Somme (conférence filmée par l’ORCP). Montonvillers. Conférence Mythologie du Pays des Coudriers. Saint-Riquier. Le temps de la Dame. In: Exposition Picardie Traditions d’avenir. Saint-Valéry-sur-Somme. Conférence mythologique sur la Côte picarde. Saint-Valery à Eu. Reconnaissance « Sur les pas de Gargantua ».
  • Ile-de-France: Bagnolet, Clichy (93) – Chelles (77). Reconnaissance “Saintes, lieux saints”. Paris, Miel de la Pierre. Conférence « Quadripartition de la forêt de Compiègne ». Paris. Reconnaissance “Montmartre insolite et mystérieux”. Paris. Reconnaissance “A la montagne Sainte-Geneviève”.
  • Haute-Normandie: Lisieux (Calvados). Conférence « Réaliser un Atlas Mythologique ». Gisors (Eure). Conférence « Pierres à légendes de l’Oise et de Normandie ». Yerville (Seine-Maritime). Conférence « Monts Cornons et bêtes à cornes en Picardie ».
  • Nord-Pas de Calais: Wimereux (62). Conférence sur les légendes de Picardie, Boulonnais et Outre-Manche. Saint-Amand-les-Eaux (59). Conférence « Géographie mythologique en pays Picard, sur les traces d’Henry Carnoy ».
  • Grand Est: Obernai (67) à Guebwiller (68). Reconnaissance à travers l’Alsace mystérieuse. Vallée de Kaysersberg (68). Reconnaissance des lieux à légendes. Vosges. Court métrage. Outils traditionnels de la montagne vosgienne.
  • Bourgogne et Franche-Comté: Reconnaissance des sites alésiens.
  • Bretagne, Pays de Loire: Angers (Maine-et-Loire). Conférence “Imaginaires, savoir, folklore. Les imaginaires et savoirs à l’œuvre dans les revues de folkloristes”. Landeleau (Finistère). Conférence “Les méthodes d’indexation”.
  • Massif Central, Pyrénées: Glozel. Reconnaissance autour des tablettes à écritures mystérieuses. Puy-de-Dôme et Cantal. Reconnaissance des fontaines salées. Pyrénées. Reconnaissances des lieux d’apparitions mariales et de dames blanches.

Publicités
Publicités

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 73 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :