Université des Mégalithes

"J'en ai vu passer des humains et des civilisations et je suis toujours là". Regarder le monde à l'ombre d'un mégalithe, ça change toute la vision.

Caumont-Commenchon mystérieux. Reconnaissance du 16 juillet 2017 dans l’Aisne

Caumont

Calmis mons, mont chauve : Caluomonte ad basilicum sancti Eligii (7e siècle); Kalomons (fin 8e);  Calmont (877). En picard, un Caumont est un Chaumont, un mont Chauve, comme les monts Ecouvés et les monts Epilloys, dont la tradition se souvient parfois comme lieux de sabbats, et moins pour leur fonction d’origine : la vigie, le feu de butte le long des voies à grande distance.

  • Ancien château et mont de Villette et sa source dans une grotte, qui n’a jamais tari. La vue porte au nord sur le Mont de la Bourgogne, ancien vignoble. Le ru sortant de la grotte passe sous Saint-Charles et se jette dans l’Oise à Chauny, au Brouage. Charlemagne donna Villette en 777 à saint Bertin et à ses moines. De 1139 à la Révolution, les seigneurs de Villette assurèrent la domination. A la Révolution, une servante sauva le château. Après avoir caché les objets de valeur, alors que sa maîtresse mourait, elle sut faire bonne figure aux révolutionnaires et les calmer. En reconnaissance, l’ancien seigneur l’épousa (Mythes et légendes de la Vallée d’Or; carte postale des ruines du château de Villette détruit en 1917).
  • L’ancienne église Saint-Pierre de Caumont avec puits à proximité, rue de l’Ancienne Église, classée monument historique. Ce saint recouvre une divinité type Cronos/Cernunnos/Saturne, patrons du temps qui passe (une interprétation du Passage ci-dessous) et divinités chtoniennes, maîtrisant les courants souterrains.
  • Le Passage : les Silhouettes. Deux statues en fonte d’Antony Gormley ont été érigées lors du passage à l’an 2000. Une debout vers l’est. L’autre enterrée aux genoux vers l’ouest. L’homme plein d’espoir du côté du lever du soleil, usé du côté du couchant: ce serait le passage du temps. L’observateur en ressenti détecte un courant tellurique important qui va d’est en ouest. Ces courants irriguent la planète. En Chine, on dit les ‘veines du Dragon’. Ils permettent la circulation de l’énergie créée par les tensions de la croûte terrestre, toujours en mouvement. Le massif de Beine et son piémont équilibrent de grands courants passant à proximité:
  • Au nord: Londres, Abbeville, Amiens, Ham, La Fère, Laon, Reims
  • A l’est: Anvers, Bruxelles, Valenciennes, Saint-Quentin, La Fère
  • A l’ouest: Saint-Quentin, Noyon, Pont-Sainte-Maxence, Senlis, Paris
  • Tumulus du Passage. Il apparaît des discontinuités de surface qui pourraient être des constructions arasées, peut-être des tumuli. L’une se situe entre les fleurs et la statue de l’est, indiquée par un rond de champignons. D’autres pouvant être sous le massif floral. La civilisation mégalithique de Seine-Oise-Marne, la dernière du continent (-2500 à -1600) put les édifier et elle continua jusqu’aux mérovingiens.

Commenchon

Le petit Caumont (Caumont>Caummenchon comme gars>garçon/garchon): Calmencition (1060), Caumenchon (1153), Commenchon Abbas Sancti Eligii Fontis (1300)

  • Borne sous le mont de la Bourgogne (du germanique Burg, lieu fortifié). Elle semble une pierre d’entrée vers la hauteur, comprenant un lieu défensif et une chapelle. Sa nécropole mérovingienne a été active de la fin du 5e au début du 8e siècle. La pierre des sarcophages provient des carrières souterraines du Bois de Commenchon.
  • Vallon de Saint-Eloi-Fontaine. Saint Eloi, évangélisateur de la région et évêque de Noyon, avait ici une retraite (588-660, fête 1er décembre, patron des travailleurs du métal et maréchaux ferrants. Il est représenté avec une enclume, un marteau et des tenailles ou en forgeron avec un fer à cheval. Il guérit de la gorge, des épidémies, des ulcères, protège les chevaux). Son disciple saint Momble, dont l’ermitage était dans les ruines de Condren, évangélisa Chauny. Saint Gobain installa le sien dans la forêt de Voas. En 1139, une communauté de Chauny vint se fixer dans ce hameau, alors de la paroisse de Neuflieux, et l’abbaye fut fondée. Elle tint longtemps malgré des pillages, incendies, ravages en 1472, 1542, 1552, 1652 (Mémoires du Chaunois). Elle fut morcelée et vendue en 1790 puis démolie en 1828. Le hameau de l’Abbaye fut bâti avec les matériaux de la démolition.
  • La fontaine Saint-Fiacre (fête le 30 août, hémorroïdes, ulcères, verrues, maladies vénériennes, fertilité) fut invoquée par Louis XIV contre les hémorroïdes lors de sa venue à Chauny. La petite chapelle Saint-Fiacre au sommet de Montecappe fut détruite en même temps que l’abbaye (pèlerinage début septembre). Pour définir son domaine dans la forêt de Breuil-en-Brie, en Seine-et-Marne, il prit un bâton et traça une ligne sur le sol. A mesure qu’il avançait, la terre s’ouvrait et les arbres tombaient. C’est donc un saint géobiologue. On le représente en moine tenant une bêche. L’église de Thenailles près de Vervins conservait autrefois un de ses doigts.
  • La gorge qui monte à la crête des collines. Elle court droit sur plus de cinquante mètres de dénivelé. Les grouats ou ravines, habités par de petits êtres qui roulent les pierres jusqu’en bas quand il pleut, peuvent être encore plus raides. A proximité du haut, on remarque des formes de pierres à faciès vivant, humain ou animal, positionnés comme des gardiens du lieu. Les arbustes et arbres sont de plus en plus en épis.
  • Lieu guérisseur de la gorge. Et là, juste dans le virage à droite qui rejoint la crête, une petite falaise protège un site remarquable. Il est possible d’y grimper en sortie de virage. On mesure une énergie élevée, de niveau curatif, et qui vibre au niveau du chakra de la gorge. C’est une gorge bénéfique… pour les problèmes de gorge, et de plus sous la protection de saint Eloi, dont on a vu un peu plus haut dans le texte qu’il guérit la gorge.
  • L’antique massif de Beine. Comme Arduinna était la protectrice tutélaire de l’immense forêt d’Ardenne, Belisama fut celle de la forêt de Beine, aujourd’hui réduite à sa plus haute crête. Les noces de Belisama et Belenos dans la nuit du 30 avril au 1er mai (Beltaine) visaient à calmer la croissance solaire : feux le soir, bain le matin. La fête a été transférée au solstice d’été à l’ère chrétienne. A la Saint-Jean, les habitants de Commenchon avaient leurs feux sur les Vertes-Montagnes, dansaient et jouaient à la soule (sorte de foot-ball où la balle tenait le rôle du soleil). Ces fêtes durèrent jusqu’en 1914. Le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte étaient aussi célébrés (Excursion en forêt de Beine 1946 ; Forêts de l’antique massif de Beine).
  • Mur d’un ancien bâtiment des carrières souterraines du Bois de Commenchon, détruites à la mine par les Allemands lors de leur repli en 1917. Leur première exploitation daterait de l’époque gallo-romaine.
  • La tombe Rainier ou Reignier (Tumulus Reinaldi) est un point culminant du massif à une altitude de 182 m. Un chef normand tué près de Quierzy par Charles-le-Chauve serait enterré ici en mémoire de la victoire des Carolingiens sur les Normands. D’autres tombeaux mythologiques ont laissé un souvenir dans l’Aisne: la tombelle de la butte du Roi à Frières-Faillouël, ceux de la Croix des Amoureux de Chaudun, le tombeau de Brunehaut de Laniscourt (butte de Mons), la tombe Rainouard de Montchâlons (Laon-sud), la tombe du Champ Saint-Martin à Juvigny (Mythes et légendes de la Vallée d’Or). Une autre légende veut que ce soit le tumulus d’un général gaulois mort là et que ses soldats ont apporté la terre dans leur casque pour élever cette butte à sa mémoire. Certainement, l’occupation remonte aux Gaulois avec les carrières, et même avant. Du sommet, on voyait jusqu’à Saint Quentin et dans l’Oise et la Somme. On pouvait communiquer avec la butte de Roye et la tombe de Vouël. Au XIX° siècle, on édifia même un observatoire (Guivry Blogspot). Juste au nord, Ugny-le-Gay rappelle le Gayant, géant protecteur de la région, nommé aussi Gargantua, Toutlemonde ou le Décapité : le vrai occupant de la tombelle ? (Mythes et légendes de la Vallée d’Or)

Ce texte en pdf

À propos de Jean-Marc Bélot

Eclairer le présent, montrer que le meilleur est possible: devenirs des sociétés humaines, lieux merveilleux qui nous entourent.

Un commentaire sur “Caumont-Commenchon mystérieux. Reconnaissance du 16 juillet 2017 dans l’Aisne

  1. Pingback: Des lieux où souffle l’esprit en France et en Afrique arabophone et francophone : Cromlech de Cergy, Tossen-ar-C’honiflet, montagne Odienné | Université des Mégalithes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 juillet 2017 par dans @ Pierres, @ Sources eaux, @ Vicaires religion saints, Hauts de France, Normandie.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :